HIJAMA ET JEÛNE

On rapporte que :13321786_1631933903795917_423728692949526658_n-1

« Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a pratiqué une saignée alors qu’il jeûnait.» [ Hadith Sahih Rapporté par al Boukhari et Tirmidhi. ref. Sounane abi Dawoud n° 2079.]

Toutefois, il est bon de savoir que certains savants ont déduit par analogie qu’il est permis de faire un don de sang ou un examen sanguin (ex : prise de sang ) à condition qu’il y ait nécessité et que ce soit une petite quantité telle que ce qui est prélevé dans une seringue. Si ces conditions ne sont pas respectées, cela risquerait d’annuler le jeûne. [Voir la réponse du Cheikh ibnou Djibrine, p.41 Fatawa as Siyam]

En ce qui concerne la saignée, elle est « déconseillée » mais pas « interdite » en cas de risque de faiblesse. On demanda au compagnon Anas (Qu’Allah l’agrée) :

« Détestiez-vous les saignées pour le jeûneur ? » Il répondit : « Non, sauf par crainte de faiblesse. » [ Hadith Sahih, al Boukhari.]

On peut ainsi conclure que la Hijama n’est pas interdite pendant le jeûne, or si cette dernière risque d’affaiblir la personne alors elle devient déconseillée.

Ainsi il est préférable s’il n’y pas de nécessité d’éviter de se voir pratiquer la hijama pendant le jeûne tout en gardant à l’idée qu’en cas de nécessité pour traiter une gène (douleurs pathologie ou autres) qu’elle n’est pas interdite.

Wallâhu A’lam (Et Dieu sait mieux).