Un médecin consciencieux s’investira dans toutes méthodes légales pour guérir son malade. Voilà le principe de ce métier noble. Dès lors comment expliquer que la hijama aujourd’hui ne soit pas plus pratiquée qu’elle ne l’est ? comment se fait-il que les médecins de confession musulmane ne s’intéressent pas plus à cette thérapie prophétique ?

Le sang garde des déchets superflus de ce qui circule dans le corps et ce qu’il secrète. Les nuisances de ces déchets dans le corps s’anéantissent peu à peu d’eux-mêmes, et heureusement, sinon le corps n’y survivrait pas. Alors comment comprendre que l’on ne recourt  pas plus à la hijama ?

a pratique de la hijama est une obligation collective : au même titre que toute thérapie reconnue et licite la hijama devrait être plus pratiquée. Elle doit être pratiquée par des médecins responsables et avisés.

Qui peut endosser cette responsabilité ? Ce point est important car il est primordial de rappeler que n’importe qui ne peut pas devenir praticien de la hijama. Le médecin doit nécessairement disposer d’un bagage scientifique et plus précisément médical. Il incombe par ailleurs à tout médecin de s’enquérir de la science religieuse et médicale en rapport avec la hijama.